Notre spécialité

Activité

Pathologies digestives :
Données d’activité

Cette activité est séparée en :

  • Hospitalisations
  • Consultations (ville, hôpital)
  • Réalisation d’actes
  • Prescriptions

Hospitalisations

L’activité hospitalière inclut les séjours en hospitalisation complète et en hôpital de jour dans le public et le privé, et les actes réalisés en cours d’hospitalisation. Cette activité reflète l’ensemble des séjours classés dans un GHM 06M ou 06K, et l’activité d’hôpital de jour avec un diagnostic principal ou relié en lien avec une pathologie décrite dans le chapitre précédent.

Pour rappel, les données d’activité hospitalière ne permettent pas de connaitre la spécialité du médecin réalisant le suivi ou exécutant les actes. Ainsi, cette activité constitue une estimation haute de l’activité des HGE à l’hôpital, les patients avec une pathologie digestive pouvant être pris en charge par d’autres spécialités.

Hospitalisation complète : Il y a eu 1,1 million de séjours « digestifs » en 2016, dont 825 000 dans le public. Le nombre de séjours est stable depuis 2012. Le groupe des « gastroentérites et maladies du tube digestif » représente 26% des séjours d’hospitalisation complète, suivi des affections des voies biliaires (9%) et des douleurs abdominales (7%). Ces trois motifs représentent 42% des séjours d’hospitalisation complète.

Évolution du nombre d’hospitalisations complètes, par secteur

Hospitalisation de jour/ambulatoire :  Il y a eu 2,7 millions de séjours « digestifs » de jour en 2016, dont la moitié dans le public. Cette activité est en augmentation depuis 2012 d’environ 4% par an. Les GHM « endoscopie digestive » représentent la majorité de l’activité de jour (53%), principalement dans le privé. Les séjours pour « chimiothérapie pour tumeurs » (22%) et pour « chimiothérapie pour affections non tumorales » (5%) représentent les 2e et 3e GHM les plus fréquents. En clair, endoscopies, chimiothérapies et perfusions de biothérapies pour MICI représentent 80% des hospitalisations de jour pour des motifs « digestifs ».

Évolution du nombre d’hospitalisations de jours, par secteur

Comparaison aux autres spécialités

La pathologie digestive représente 9% de l’hospitalisation totale, 16% de l’hospitalisation de jour et 11% des jours d’hospitalisation. La figure suivante présente une comparaison de l’activité hospitalière des HGE à celle de la pneumologie et de la neurologie.

Synthèse :

  • L’activité d’hospitalisation complète est principalement réalisée dans le public. La prise en charge des patients avec un cancer digestif est l’un des principaux motifs d’hospitalisation complète (14% et 24% des hospitalisations dans le public et le privé respectivement) après la gastroentérologie générale qui représente 40% de l’activité. L’activité d’hépatologie est principalement réalisée dans le public.
  • L’activité de jour est principalement tournée vers la chimiothérapie (22% des hospitalisations) et l’endoscopie (53%) avec à nouveau la prise en charge des patients avec un cancer digestif dans le public (41%) et dans une moindre mesure dans le privé (19%).
  • La répartition des chimiothérapies et des endoscopies diffère entre le public et le privé. L’endoscopie est dans 75% des cas réalisée dans le privé alors que la chimiothérapie est à 75% réalisée dans le public.
  • L’évolution de l’activité d’hospitalisation est portée par l’augmentation de l’hospitalisation de jour (environ 4% par an), avec une stabilité de l’hospitalisation complète.

Consultations et Actes

Pour les actes et consultations effectués en externe, les données de l’EGB permettent de connaître la spécialité du médecin exécutant. Ces données reflètent donc l’activité réelle des HGE en externe. Pour les actes effectués en hospitalisation (complète ou ambulatoire/jour), les données ne permettent pas d’identifier les seuls HGE pour l’hôpital public, même si pour ce qui concerne l’endoscopie, il est probable que la quasi-totalité des actes aient été effectués par des HGE. 

Les motifs des actes et consultations ne peuvent pas être systématiquement identifiés si les patients ne présentent pas de pathologies chroniques et n’ont pas été hospitalisés pour une pathologie digestive dans les 2 dernières années (« motif inconnu »).

Consultations

Au total, les HGE ont réalisé 4,2 millions de consultations, dont 3,1 en ville et 1,1 en consultations externes d’un établissement public. L’extrapolation de l’évolution du nombre de consultations entre 2012 et 2016 montre une tendance à l’augmentation des consultations de 10% entre 2016 et 2024, soit environ 1,3% par an. Les consultations d’HGE représentent 1% des consultations en ville et 3% des consultations externes en France, dans la moyenne des spécialités.

Répartition par pathologie des consultations réalisées en 2016

Actes

En 2016, les HGE ont réalisé 3,5 millions d’actes, la majorité correspondant à des coloscopies et des endoscopies digestives hautes, les ¾ en hospitalisation (ambulatoire ou complète). L’évolution depuis 2012 montre une augmentation des examens effectués en ambulatoire.

Évolution des actes réalisés par les HGE en 2016, par secteur

Actes en hospitalisation

En 2016, il y a eu 700 000 actes réalisés en hospitalisation complète et 2 100 000 en hospitalisation de jour. La tendance est à une diminution du nombre d’actes réalisés en hospitalisation complète et une augmentation en hôpital de jour, avec une nette prédominance de l’hospitalisation de jour dans le secteur privé :

La répartition entre actes diagnostiques et thérapeutiques est la suivante :

Actes réalisés en externe

Dans le public, 227 000 actes externes ont été effectués par les HGE, dont 56% d’endoscopies digestives hautes, 15% d’examens hépatologiques (essentiellement des mesures d’élastométrie), 12% d’échographies, et 8% d’explorations fonctionnelles :

En libéral, on compte 473 000 actes externes dont 48% d’endoscopies digestives hautes et 28% d’échographies :

Synthèse 

Au total, on dénombre en hospitalisation 1,4 millions de coloscopies dont 565 000 thérapeutiques (40%). Les coloscopies sont réalisées sous AG dans 97% des cas, en ambulatoire dans 81% des cas. Elles sont réalisées chez les 50-74 ans dans 66% des cas, après 75 ans dans 14% des cas, et avant 50 ans dans 19% des cas.

Pour l’endoscopie digestive haute, on dénombre en hospitalisation 1,1 million d’examens dont 100 000 thérapeutiques auxquels il faut rajouter 350 000 examens externes soit un total de 1,45 millions d’examens.

Les données disponibles uniquement pour les médecins libéraux montrent que 93% des HGE pratiquent l’endoscopie digestive, 24% l’échographie, 10% la CPRE et l’écho-endoscopie, et 4% la proctologie instrumentale.