La démarche du CNPHGE

Méthodologie générale de l’étude

L’état des lieux sera réalisé sur la base d’une analyse de données primaires et secondaires

Type d’étude

L’étude, non interventionnelle et transversale, consiste en la description des données de l’EGB, échantillon représentatif au 1/97e de la population couverte par l’assurance maladie en France.

Population concernée

Remarques : Les données disponibles ne permettent pas de connaitre la spécialité des praticiens réalisant la prise en charge dans toutes les situations. En effet, dans le cadre de l’hospitalisation publique, l’ensemble de l’activité est réalisé sous le FINESS de l’établissement sans distinction de la spécialité. À l’inverse, en hospitalisation privée et en ville, la spécialité de praticien est en générale renseignée. De ce fait pour capturer l’activité des HGE deux dimensions ont été considérées, d’un côté les patients avec une pathologie digestive dont on fait l’hypothèse qu’ils sont pris en grande partie en charge par les HGE en hospitalisation publique, de l’autre les patients pris en charge par des HGE en ville et en hospitalisation privée.

La population d’étude correspond :

  • Aux patients avec une pathologie chronique ou et aigüe « digestives » :
    • Pathologieschroniques:
      • Cancers digestifs
      • Cancers du foie
      • MICI
      • Hépatites chroniques
      • NASH
      • Déficit nutritif
      • Autres maladies chroniques du foie
    • Pathologies aigües et subaigües:
      • Maladies aigües du foie et hépatites
      • Pathologies biliaires lithiasiques
      • Pathologies du pancréas
      • Troubles fonctionnels digestifs
      • Pathologies proctologiques
      • Reflux gastro-œsophagien (RGO)
      • Tumeurs bénignes Colon / Polypes
      • Symptômes digestifs aspécifiques
      • Addictologie liée à l’alcool
      • Colites infectieuses
      • Malformations
      • Antécédent de tumeurs
      • Autres pathologies digestives non tumorales
  • Aux patients prise en charge par un HGE (ville et hôpital privé)

La liste des pathologies relevant de la spécialité d’hépato-gastroentérologie a été définie par le CNP-HGE. Les individus avec une pathologie digestive ont été identifiés en utilisant les informations liées aux ALD, aux données relatives à une hospitalisation et à ses diagnostics principaux ou reliés et à des actes techniques réalisés par les HGE.

Remarque : les données SNDS hors PMSI n’incluent pas d’information sur le diagnostic ou le motif de la prise en charge. Ce motif peut parfois être déduit des traitements prescrits ou des actes réalisés par le patient. En pratique cela signifie que pour les patients pris en charge en ville par un HGE sans hospitalisation avec un motif digestif au cours des dernières années, et sans traitements ou actes traçeurs, il n’est pas possible de connaitre le motif ou diagnostic associé à la prise en charge. Ces patients sont classés dans le document dans la catégorie « motif inconnu ». CELA NE SIGNIFIE PAS QUE LA PRISE EN CHARGE EST RÉALISEE SANS MOTIF, SEULEMENT QUE LES DONNÉES DISPONIBLES NE PERMETTENT PAS DE CONNAITRE LE MOTIF.

Principe de l’étude

Cette étude sera uniquement descriptive et s’articulera autour de trois axes :

  • Le fardeau épidémiologique

    L’évolution et la prédiction de la prévalence et de l’incidence des pathologies digestives chroniques et aigües ont été analysées à l’échelle du territoire français.
  • L’activité médicale

    L’activité médicale a été estimé selon deux axes :

    • L’activité privé ou de ville pour lesquels la spécialité des praticiens exécutant est disponible. Celle-ci a été obtenue à partir des tables du PMSI (hospitalisations) et du DCIR (soins de ville). L’évolution et la prévision des actes, des consultations et des prescriptions ont été analysées et explorées selon le secteur d’activité, le type de pathologie et les motifs de recours aux soins.
    • L’activité d’hospitalisation, pour laquelle la spécialité des praticiens réalisant la prise en charge n’est pas disponible. Celle-ci a été obtenue à partir des tables du PMSI (hospitalisations), en faisant l’hypothèse que les patients pris en charge avec une pathologie « digestive » (racine 06 des GHM) étaient pris en charge par un HGE. Cela peut conduire à une surestimation de l’activité hospitalière des HGE mais les données disponibles ne permettent pas d’avoir plus de détails. A noter que cette activité inclut également les actes réalisés en hospitalisation qui sont normalement réalisés par les HGE. Certains de ces actes peuvent toutefois être réalisés par un autre spécialiste comme les échographies. De nouveau cela peut conduire à une surestimation de l’activité hospitalière des HGE, sans que les données permettent d’avoir plus de précision. L’évolution et la prévision des séjours et des actes ont été analysées et explorées selon le secteur d’activité, le type de pathologie et les motifs de recours aux soins.
  • Démographie des HGE

    En complément, les données démographiques médicales de la DRESS ont été analysées pour dresser un état des lieux de la démographie des HGE et de façon à pouvoir extrapoler les besoins de la profession dans les années à venir.

Identification des populations

Les individus ont été identifiés en utilisant :

1. Les informations liées aux ALD, aux données relatives à une hospitalisation et à ses diagnostics principaux ou reliés ou à des actes techniques réalisés par les HGE ;

2. Les informations de remboursement précisant la spécialité du praticien exécutant.

Les algorithmes d’identification des pathologies présentés dans le Tableau 1 sont inspirés de ceux développés et proposés par la CNAM1. L’identification d’un cas prévalent et d’un cas incident pourra être différente selon le type de pathologie. Ces différences seront liées à la nature même des pathologies et sont détaillées ci-dessous.

Pour identifier une pathologie chronique prévalente, un recul de 5 ans (année en cours n jusqu’à n-5) a été utilisé à partir des données d’hospitalisation du PMSI et des données ALD. La prévalence pour les pathologies aigües et subaigües n’a pas été évaluée.

Un cas était considéré comme incident si un individu été hospitalisé ou mis sous ALD en année n, et aucune hospitalisation ni ALD pour ces mêmes motifs durant les 10 dernières années.

Les algorithmes sont présentés en détail dans le Tableau 1.

Les codes CIM-10 utilisés pour identifier chaque pathologie sont présentés en Annexe 4.1 et 4.2. Pour certaines pathologies, des actes CCAM spécifiques ont été utilisés pour identifier une pathologie chez un individu. Les codes utilisés pour ces pathologies sont présentés en Annexe 4.3.

Tableau 1 : Algorithmes d’identification des pathologies

PLAN D’ANALYSE

Axe épidémiologique

L’axe épidémiologique comprend la description des prévalences, des incidences des pathologies digestives appartenant aux thématiques listées. Des projections sur l’évolution de ces pathologies ont été réalisées pour les 5 prochaines années à venir.

Axes activité et démographie

Les autres axes de l’étude consisteront à décrire l’activité et la démographie des HGE.

  • Activité hospitalière des séjours

Le volume de séjours hospitaliers a été décrit selon le secteur d’activité (public/privé), le type de séjour (hospitalisation complète ou de jour) et ventilé par pathologie. Les motifs (GHM) principaux ont également été explorés.

Le périmètre des séjours était celui des pathologies identifiées dans l’axe épidémiologique.

L’évolution et la prévision des séjours ont été évaluées sur la période 2012-2024.

Remarque : Activité en lien avec les pathologies digestives mais pour laquelle la spécialité des praticiens réalisant la prise en charge n’est pas connue.

  • Activité des actes réalisés

Les actes ont été décrits selon le secteur d’activité (séjour public/privé ou acte externe public/privé), le type de séjour (hospitalisation complète ou de jour), ventilé par pathologie et type d’acte.

Le périmètre des actes CCAM classifiant HGE est présenté en Annexe (partie 4.4).

Remarque : Pour les actes réalisés en hospitalisation, il n’est pas possible de connaitre la spécialité du praticien exécutant !

Les actes sont en premiers lieux classés soit en phase de diagnostic, soit en phase thérapeutique comme suit :

  • Diagnostic
    • Actes sur le Péritoine
    • Autre Biopsie
    • Autres Foie
    • Biopsie Foie
    • Echoendoscopie
    • Échographie
    • Endoscopie diagnostic
    • Épreuves fonctionnelles
  • Thérapeutique
    • Actes de proctologie
    • Actes sur le Péritoine
    • Actes thérapeutiques du colon
    • Actes thérapeutiques hauts
    • Actes thérapeutiques moyens
    • Actes thérapeutiques sur l’estomac
    • Actes thérapeutiques sur l’intestin grêle
    • Actes thérapeutiques sur l’œsophage
    • Drainage des conduits biliaires
    • Nutrition

Puis défini par le type d’acte :

  • Chirurgical
  • Coloscopie
  • CPRE
  • Échographie
  • Endoscopie Grêle
  • Endoscopie OGD
  • Foie
  • Rectoscopie
  • Rectosigmoïdoscopie
  • Vidéocapsule

L’évolution et la prévision des actes ont été évaluées sur la période 2012-2024.

Les actes doubles, réalisés le même jour lors d’un même séjour, ont également été évalués pour certains actes.

  • Activité de consultations

Le volume de consultations a été décrit selon qu’elle était réalisée dans le secteur public (consultation externe) ou dans le secteur privé (externe privé ou consultation de ville), et ventilé par pathologie.

L’évolution et la prévision des consultations ont été évaluées sur la période 2012-2024.

  • Prescription

Le volume de prescription a été décrit selon le mode de délivrance (hôpital liste en sus, rétrocession, ville) et ventilé par pathologie.

L’évolution et la prévision du volume de prescription ont été évaluées sur la période 2012-2024.

  • Démographie médicale, structure d’activité et extrapolation des besoins

La démographie des HGE a été explorée à partir des données médicales ouvertes de la DRESS.

L’activité par type d’établissement a également été analysée, de façon à pouvoir extrapoler les besoins de la profession.

  • Axe financier

Le coût pour chaque poste de dépense a été évalué selon la perspective de l’assurance maladie (montant remboursé au bénéficiaire). Les postes de dépense sont les suivants :

  • Les hospitalisations complètes
  • Les hospitalisations de jour
  • Les consultations
  • Les actes réalisés en externes (public et privé)
  • Les médicaments de la liste en sus

Attention : Pour l’hospitalisation complète et de jour, l’estimation est fondé sur les pathologies digestives qui peuvent être prises en charge par d’autres spécialité.

Enquête en ligne auprès d’un échantillon représentatif d’HGE (1065 répondants) et 10 entretiens qualitatifs :

  • L’activité de consultation
  • L’activité d’endoscopie
  • L’activité d’urgence (gardes astreintes)
  • L’activité d’alcoologie/addictologie
  • L’activité de nutrition (centres agréés NP, SIOS obésité/dénutrition)
  • L’activité de recherche
  • Les revenus, les horaires de travail
  • L’hospitalisation
  • Réseaux (alcool/addictologie, hépatite, cancérologie…),
  • Les participations RCP1, CLIN2, CLAN3, centres experts et centres de compétence
  • La démarche qualité (accréditation en équipe)
  • La télémédecine